3. NOUVELLES
31 Jan 2020
Cette politique sera une priorité pour la période d'allocation 2020-2022

La 42e réunion du Conseil du Fonds mondial a examiné la politique de durabilité, de transition et de cofinancement dans le cadre de l’ordre du jour de la journée, sous la forme d’une «discussion interactive». Cette discussion a réaffirmé l’importance de cette politique et de sa mise en œuvre. La politique de STC vise à mieux investir les fonds du Fonds mondial afin que les pays puissent maintenir et étendre la couverture des services pour les trois maladies après l’arrêt du financement du Fonds mondial. La politique STC sera une priorité pour la période d'allocation 2020-2022.

Récemment, trois institutions du Fonds mondial - le Groupe technique de référence en évaluation (TERG), le Bureau de l’Inspecteur général et le Comité technique d’examen des propositions - ont examiné la mise en œuvre de la politique STC à ce jour. Ils ont constaté que le Secrétariat avait rapidement mis en œuvre la politique, principalement en intégrant des éléments de cette politique dans les décisions de financement, les opérations, l'achat de produits de santé et les partenariats avec d'autres institutions. Le Secrétariat est parvenu à améliorer la préparation à la transition et à augmenter les ressources nationales consacrées à la santé et aux programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Toutefois, malgré les progrès initiaux significatifs, les dernières informations transmises au conseil d’administration indiquent que de nombreux défis restent à relever.

Contexte et opérationnalisation de la politique

Le conseil du Fonds mondial a approuvé la politique STC en avril 2016; le Secrétariat l'a d'abord mise en œuvre lors du cycle d'allocation actuel (2017-2019). Cette politique repose sur quatre principes:

  • Différenciation selon le contexte du pays (épidémiologie, revenu par habitant, droits jumains et genre, région);
  • alignement sur les systèmes et processus du pays;
  • prévisibilité du financement et du temps nécessaire pour planifier la transition;
  • Flexibilité pour adapter la politique au contexte du pays.

La politique du Fonds mondial en matière de STC définit la durabilité comme la capacité d’un pays de maintenir et d’élargir la couverture des services afin de contrôler et même d’éliminer chacune des trois maladies. La «transition» est le mécanisme par lequel un pays, ou une composante maladie, s'achemine vers le financement intégral et la mise en œuvre de ses programmes de santé sans le soutien du Fonds mondial. Le «cofinancement» désigne les ressources nationales publiques et privées qui financent le secteur de la santé et les trois maladies.

Selon les projections de transition établies par le Secrétariat en mars 2018, peu de pays ou de composantes spécifiques à une maladie se passeront du financement du Fonds mondial d'ici 2025. Cette lenteur est due aux critères d'éligibilité du Fonds mondial, qui dépendent du niveau de revenu des pays ciblés.

Le Secrétariat a mis en œuvre plusieurs mesures, notamment:

  • intégrer les principes de la STC dans le cycle de financement, les décisions de financement et les achats du Fonds mondial;
  • Renforcer la planification de la transition dans les portefeuilles prioritaires, y compris plus de transparence autour de la date limite de la transition. Le Secrétariat avait spécialement conçu une catégorie de demandes de financement, «adaptée à la transition», à l’intention des pays qui sont sur le point de passer à la transition pour les aider à élaborer des programmes viables parallèlement à une diminution du soutien du Fonds mondial;
  • Renforcer les partenariats liés aux STC avec d’autres donateurs;
  • Améliorer l'appui aux pays pour analyser les problèmes de transition et de durabilité et renforcer la planification, y compris la mise en œuvre des évaluations de l'état de préparation à la transition, le suivi pertinent pour relever les défis identifiés et d'autres planifications spécifiques aux pays et aux régions, en particulier dans les régions les plus touchées par la transition à court terme.
  • Mettre davantage l'accent sur le suivi des risques de conformité et de cofinancement, la mise en place d'incitations au cofinancement et la négociation d'engagements solides en matière de cofinancement. La poursuite de la hiérarchisation de la politique de cofinancement s'est traduite par un niveau élevé de conformité aux exigences du Fonds mondial, ainsi que par une tendance forte et positive des dépenses nationales et des engagements futurs.
  • Élargir l'outil d'approvisionnement du Fonds mondial, Wambo.org, pour favoriser un meilleur accès à des produits de santé plus abordables et de qualité garantie.
  • Mettre en œuvre des financements multi-pays et des initiatives stratégiques pour faire face à des défis spécifiques, notamment des subventions multi-pays pour relever les défis de la pérennité régionale, un soutien à la planification de la transition, un financement public de la fourniture de services de la société civile («contrats sociaux»), le suivi des dépenses de santé, les stratégies de financement de la santé, la mise en œuvre d’évaluations de l’efficacité et activités de plaidoyer spécifiques à un pays / une région;
  • Renforcer l'organisation interne du Secrétariat et la capacité des principales parties prenantes à relever les défis de la pérennité programmatique et financière.

Les principaux acteurs de la mise en œuvre de la politique STC sont les équipes pays, les bénéficiaires principaux et les instances de coordination par pays.

Les défis

Les informations transmises aux membres du Conseil décrivaient les défis en cours et en évolution en dépit de «progrès initiaux significatifs» dans la mise en œuvre de la politique de STC. On note également que ces défis vont probablement persister, le Fonds mondial s'efforçant de se concentrer «de manière plus stratégique et plus systématique» sur la mise en œuvre de la politiques STC dans une plus grande proportion du portefeuille du Fonds mondial.

Les lacunes dans le financement intérieur sont un problème majeur, en particulier dans le financement des activités liées aux populations clés et vulnérables et aux systèmes de santé. En outre, les faiblesses des systèmes de santé ont un impact majeur sur la durabilité potentielle des résultats de la maladie. Plus précisément, trois aspects du système de santé sont essentiels pour garantir le succès de la mise en œuvre de la politique STC. Ce sont les achats en produits de santé abordables réalisés avec le Fonds mondial ou des ressources nationales; la gestion des finances publiques; et l’intégration des programmes, des systèmes et des services.

La mise à jour au Conseil mentionnait entre autres difficultés la nécessité d’accorder une attention accrue à l’efficacité et à l’optimisation des ressources, notamment dans l’élaboration des demandes de financement, et de renforcer les achats intérieurs de produits de qualité, abordables.

Recommandations pour la poursuite de la mise en œuvre de la politique

Les trois institutions ont présenté au Secrétariat une série de recommandations pour la poursuite de la mise en œuvre de la politique STC.

La recommandation générale est de renforcer la préparation à la transition et de mettre l’accent sur les défis de la pérennité dans les pays à « haut impact », tout en mettant davantage l’accent sur les défis de la pérennité à long terme, en particulier dans les pays bénéficiant d’allocations plus importantes du Fonds mondial et d’une charge de morbidité accrue. Les trois institutions ont également formulé des recommandations dans les domaines spécifiques du cofinancement, de la planification de la transition / de la pérennité, du financement national des populations clés et vulnérables, de l’achat de produits de santé, de l’apprentissage et du suivi des progrès de la politique STC. Ces recommandations sont:

  • Cofinancement: mettre l'accent sur l'augmentation des dépenses globales de santé provenant de ressources nationales, y compris pour les services destinés aux populations clés et vulnérables;
  • Planification de la transition / durabilité: cette dernière devrait commencer tôt dans l'ensemble du portefeuille du Fonds mondial, en collaboration avec d'autres partenaires, lorsque cela est pertinent et possible;
  • Conception des subventions: aligner les investissements du Fonds mondial sur les systèmes nationaux et renforcer les investissements stratégiques dans les systèmes de santé des pays tout en tenant compte du contexte national;
  • Financement national des services aux populations clés et vulnérables: promouvoir le financement national ou alternatif des services fournis par les organisations de la société civile, notamment par le biais d'un cofinancement, dans la conception de la requête de financement, de la participation des partenaires et d'une reconnaissance explicite dans les notes conceptuelles des obstacles ou des difficultés liées au financement;
  • Achats: aider les pays à améliorer leurs achats, notamment en utilisant les mécanismes d'achat groupés du Fonds mondial et de Wambo;
  • Apprentissage et suivi des progrès du STC: Tiree profit des efforts existants de la politique et des stratégies de révision pour améliorer le suivi de la mise en œuvre des politiques de STC ;
  • Préparatifs pour le cycle d'allocation 2020-2022

Le Secrétariat a déjà commencé à mettre en œuvre certaines de ces recommandations pour le prochain cycle d'allocation et en mettra l'accent sur trois priorités. Premièrement, le Secrétariat continuera à demander des engagements forts de cofinancements. Dans la prochaine lettre d’allocation envoyée aux pays, le Secrétariat inclura les demandes d’engagement de cofinancement. Deuxièmement, le Secrétariat révisera les modèles de demande de financement pour mettre l'accent sur l'optimisation des ressources, l'intégration des programmes de lutte contre la maladie et les aspects de pérennité. Troisièmement, le Secrétariat a demandé au Conseil, lors de sa 42e réunion, d’autoriser les pays et autres responsables de la mise en œuvre à utiliser les accords d’achat groupés du Fonds mondial prévoyant des financements nationaux et autres que des dons, conformément à la recommandation du TERG. La demande d'extension de l'utilisation de wambo.org (avec des fonds autres que ceux du Fonds mondial) a été acceptée.

Prochaines étapes pour le comité stratégique et le conseil d'administration

Le comité stratégique du Fonds mondial continuera de superviser la mise en œuvre de la politique STC, tout en reconnaissant la nature transversale de cette politique et son impact sur d’autres domaines d’activité du Fonds mondial. Lors de cette réunion, le Conseil a formulé des observations sur la manière dont le Fonds mondial peut soutenir la mise en œuvre continue de la politique de STC en tant qu'élément essentiel de la stratégie 2017-2022. En particulier, la question centrale du cofinancement, qui devrait augmenter de 50% entre le cycle actuel et le prochain, est essentielle pour la pérennité et la conservation des résultats. Plusieurs exemples ont été fournis par le délégué du Zimbabwe qui a créé un fonds national de lutte contre le VIH en dépit d'une crise financière grave. Le représentant du Costa Rica a présenté le processus de transition en cours dans le pays et les dispositions prises sur du long terme pour augmenter les financements nationaux et augmenter les coût ainsi que l’évolution du cadre juridique permettant la fourniture de services par les OSC.

Lectures complémentaires

Note de l’éditeur: Cet article est daté du 14 novembre, date à laquelle il a été téléchargé dans notre système automatisé. L'article n'a été publié que le 15 novembre, après la clôture de la 42e réunion du conseil d'administration. Cela respecte notre accord avec le Fonds mondial concernant la publication d'articles basés sur le contenu des documents du Conseil

Leave a comment