Nouveaux partenariats concernant le Fonds mondial annoncés à Davos

4. NOUVELLES
14 Feb 2018
Un des partenariats a provoqué une réaction d'organisations s'intéressant aux effets de l'alcool sur la santé publique

La réunion annuelle du Forum économique mondial, qui s’est tenue du 23 au 26 janvier 2018 dans la localité suisse de Davos, fut l’occasion d’annoncer plusieurs partenariats auxquels le Fonds mondial est partie.

Ont notamment été annoncés le lancement de l’initiative HER, un partenariat entre (RED) et A4A, ainsi que des partenariats entre le Fonds mondial et trois sociétés internationales du secteur privé. Le partenariat avec une de ces sociétés a provoqué une réaction d’organisations s’intéressant aux effets de l’alcool sur la santé publique (voir plus loin).

Initiative HER

Le Fonds mondial et plusieurs partenaires ont lancé une nouvelle initiative visant à encourager le secteur privé à soutenir les programmes qui s’attaquent au VIH dans 13 pays africains où le virus fait courir un risque disproportionné aux adolescentes et aux jeunes femmes.

Chaque semaine, le VIH infecte près de 7 000 filles et jeunes femmes, pour la plupart en Afrique de l’Est et en Afrique australe. La population des 15-24 ans d’Afrique a doublé depuis 1990. Dans les pays les plus durement touchés, les filles représentent plus de 80 pour cent de l’ensemble des nouvelles infections à VIH au sein de la population adolescente.

Selon un communiqué de presse du Fonds mondial, le futur Directeur exécutif, Peter Sands, a fait l’annonce de l’initiative HER – HIV Epidemic Response ou Riposte à l’épidémie de VIH en français – lors de la Rencontre sur les objectifs mondiaux, qui s’inscrivait dans le cadre du Forum économique mondial.

 

 « Les avancées que nous avons réalisées contre le sida en une génération sont incroyables », a déclaré Peter Sands. « Pourtant, une grave menace pèse sur ces progrès si nous ne nous attaquons pas de front aux difficultés que rencontrent les adolescentes et les jeunes femmes. »

Parmi les partenaires dont l’engagement a été annoncé par M. Sands, nous retrouvons The Coca-Cola Company, Standard Bank, Unilever et ViiV Healthcare, de même que (RED)®, qui développera ses activités en Afrique. (Voir plus loin pour plus de détails sur les partenariats avec (RED) et Unilever.)

Selon le communiqué de presse, avec la campagne HER, les partenaires disposent d’une plateforme qui leur permet d’apporter une contribution sous diverses formes, dont les suivantes :

  • moyens financiers pour accélérer les programmes de prévention du VIH qui ont l’impact le plus marqué ;
  • compétences en nature pour aider les pays à tester de nouvelles démarches et à mettre en œuvre des programmes novateurs conçus pour répondre aux besoins des adolescentes et des jeunes femmes ;
  • appui à HER Voice, un fonds qui contribue à faire en sorte que les filles et les jeunes femmes puissent faire valoir leur avis dans les principales enceintes décisionnaires (voir l’article du numéro 323 de la version anglaise de l’OFM) ; et
  • sensibilisation des salariés et des clients.

Le Fonds mondial indique sur son site que l’initiative HER a fixé l’objectif de réduire de 58 pour cent en cinq ans le nombre de nouvelles infections chez les adolescentes et les jeunes femmes dans les 13 pays africains visés par l’initiative, à savoir l’Afrique du Sud, le Botswana, le Cameroun, le Lesotho, le Kenya, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, l’Ouganda, le Swaziland, la Tanzanie, le Zimbabwe et la Zambie. 

L’initiative a été inspirée par le Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le sida (PEPFAR) et par le partenariat DREAMS, « qui a permis de mieux faire comprendre, à l'échelle internationale, l’ampleur de la tâche qui consiste à aller au-devant des adolescentes et des jeunes femmes pour réduire les risques que le VIH fait peser sur elles », peut-on lire sur le site.

Le Fonds mondial entend obtenir des moyens supplémentaires au cours des cinq prochaines années pour élargir les programmes de prévention du VIH destinés aux adolescentes et aux jeunes femmes. L’initiative HER vise à soutenir le genre de programmes susceptibles de changer durablement la situation des adolescentes et des jeunes femmes, tels que les programmes suivants :

  • programmes complets, adaptés aux adolescents, qui proposent une éducation à la sexualité, des préservatifs, une prophylaxie pré-exposition et des services de dépistage du VIH – le tout en dehors de toute forme de rejet social ou de discrimination ;
  • préparation à la vie courante, développement des compétences financières et éducation aux droits, ce qui permet de donner aux filles et aux jeunes femmes les moyens de défendre elles-mêmes leur santé et leur bien-être ; et
  • mesures d’encouragement financier, réseaux de pairs, mentorat et autres programmes de protection sociale – y compris de prévention de la violence basée sur le genre – afin de soutenir les filles jusqu’au terme de leur parcours scolaire.

+++++++++++++++

Partenariat entre (RED) et A4A

 

(RED)® –– également connu sous le nom (PRODUCT) RED –– a annoncé un nouveau partenariat opérationnel avec Africains pour l’Afrique (A4A) visant à gagner de nouvelles sociétés basées en Afrique à la cause de la lutte contre le sida. Le partenariat s’attachera à inciter les sociétés à générer des fonds pour lutter contre le VIH au travers du Fonds mondial.

Deb Dugan, PDG de RED, a annoncé le partenariat au Forum économique mondial, indiquant que le développement des activités de (RED) en Afrique serait appuyé par ses partenaires existants, The Coca-Cola Company et SAP.

Un communiqué de presse de (RED) cite les paroles de M. Dugan : « Douze ans se sont écoulés depuis la présentation de (RED) ici, à Davos. Ayant contribué plus de 500 millions de dollars au Fonds mondial et touché plus de 110 millions de personnes, (RED) entame à présent sa prochaine étape majeure – mettre à profit la puissance et l’ingéniosité des sociétés, organisations et consommateurs africains pour en finir avec le sida. »

Comme l’a commenté Peter Sands, « C’est plus que jamais le moment de mobiliser l’économie africaine pour en finir pour de bon avec cette épidémie. Nous sommes extrêmement reconnaissants à (RED), qui explore constamment de nouvelles voies et met en relief notre partenariat public/privé pour sauver des millions de vies ».

 

Africains pour l’Afrique est un fonds d’investissement social à impulsion africaine conçu pour générer des investissements permettant d’accélérer le rythme du développement durable. Julie Essiam, partenaire fondatrice d’A4A, a commenté ainsi l’annonce : « Nous sommes emballés par notre nouveau partenariat avec (RED). C’est tout à fait le type de modèle ingénieux et entrepreneurial qui convient à l’innovation africaine. Il est plus urgent que jamais de tirer parti de la puissance du secteur privé pour nous aider à mener jusqu’au bout la lutte contre le sida sur le continent africain et dans le reste du monde ».

++++++++++++++

Partenariats avec trois sociétés internationales du secteur privé

Des partenariats entre le Fonds mondial et trois des sociétés privées les plus importantes à l’échelle mondiale dans leur domaine respectif – Lombard Odier, HEINEKEN et Unilever – ont également été annoncés à Davos. Christoph Benn, Directeur des relations extérieures du Fonds mondial, a fourni des détails sur ces partenariats dans un blog paru dans la rubrique OPINIONS du site Web du Fonds mondial –– de même que l’ont fait les sociétés concernées dans des communiqués de presse sur leurs sites. 

 

Lombard Odier, une société de gestion d’actifs et de banque privée fondée en Suisse, et le Fonds mondial ont annoncé un partenariat stratégique visant à ouvrir au secteur privé de nouvelles possibilités de contribuer à l'action du Fonds mondial, tout en tenant compte du besoin qu’ont les investisseurs d’atteindre leurs objectifs financiers. À titre d'exemple, ce partenariat étudiera les structures qui permettent aux investisseurs de céder une part des bénéfices qu’ils obtiennent grâce à leurs investissements en capitaux. Comme le faisait remarquer Patrick Odier, Associé-gérant senior du Groupe Lombard Odier : « Les investisseurs n’ont plus à choisir entre performance et bonne action. Atteindre ces deux objectifs en même temps devient possible. »

 

Le Fonds mondial et HEINEKEN, société de brasserie d’envergure mondiale, ont conclu un partenariat pour combattre les maladies infectieuses en Afrique. Selon M. Benn, HEINEKEN mettra à disposition ses compétences en matière de logistique et de communication pour aider le Fonds mondial à mieux atteindre certaines populations spécifiques qui sont davantage exposées au risque de VIH, de tuberculose et de paludisme. Ainsi, HEINEKEN enverra ses spécialistes en chaîne d’approvisionnement faire équipe avec les logisticiens du Fonds mondial afin de mettre en commun leurs compétences en matière de prévision de la demande et de contrôle de la qualité en cours d’expédition. À l’échelon local, HEINEKEN appuiera les efforts déployés dans les pays d’Afrique où la société est implantée afin d’améliorer l’efficacité de la distribution jusqu’au dernier kilomètre, qui vise à faire en sorte que les établissements de soins de santé et les patients des zones reculées puissent obtenir les bons produits. C’est déjà ce qui se passe en République démocratique du Congo, en Afrique du Sud et au Nigeria. L’annonce d’HEINEKEN est disponible ici (en anglais).

 

Unilever, multinationale fabriquant des produits alimentaires et d’autres biens de consommation basée à Londres et à Rotterdam, unira ses forces à celles du Fonds mondial en vue d’améliorer l’efficacité des programmes de santé, de réduire le nombre d’infections et de sauver des vies en luttant contre le VIH et le paludisme dans certains pays d’Afrique (notamment l’Afrique du Sud et le Nigeria) et d’Asie (entre autres l’Inde et le Bangladesh). Selon les explications de M. Benn, le partenariat appuiera l’action menée dans les domaines suivants : programmes de prévention du VIH qui se concentrent sur les adolescentes et les jeunes femmes ; programmes de prise en charge des cas de paludisme, en particulier pour les enfants de moins de cinq ans, axés sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène ; initiatives de consolidation de la chaîne d’approvisionnement dans le but de mettre en place une capacité à l’échelle du pays et des réseaux de distribution plus efficaces ; et conception de programmes davantage axés sur le patient. Unilever et le Fonds mondial sont convenus d’investir chacun cinq millions de dollars à l’appui de ces activités au cours des trois prochaines années. L’annonce d’Unilever est disponible ici (en anglais).

 « Les sociétés privées disposent d’un large éventail de compétences et de capacités susceptibles de renforcer l’action du secteur public en matière de lutte contre les maladies. Cela va de la gestion des données et de la logistique de la chaîne d’approvisionnement aux campagnes de sensibilisation en passant par la mise en place de services technologiques et financiers novateurs », écrit M. Benn dans son blog. « Le partenariat public/privé est inscrit depuis toujours dans l’ADN du Fonds mondial. L’expérience nous montre que nous n’agissons jamais mieux que quand des entreprises collaborent avec des gouvernements, des organisations internationales, des bailleurs de fonds et des organismes caritatifs pour étendre la portée des programmes et leur garantir un impact plus marqué. »

Réactions au partenariat conclu avec HEINEKEN

Selon un article de l'agence de presse Reuters, l’annonce du partenariat conclu avec HEINEKEN a suscité des réactions de la part de trois organisations s’intéressant aux effets de l’alcool sur la santé publique –– IOGT International, la Global Alcohol Policy Alliance et la NCD Alliance.

Dans une lettre adressée au futur Directeur exécutif, Peter Sands, à la Directrice exécutive par intérim, Marijke Wijnroks et à la Présidente du Conseil d'administration, Aida Kurtović, les trois organisations se disent « profondément inquiètes de ce partenariat et de ses conséquences pour la santé mondiale ». Elles évoquent « les dangers que supposent des partenariats avec des producteurs et négociants de produits dangereux tels que l'alcool », citant l’alcool comme « un facteur de risque majeur aussi bien face à la tuberculose que face au VIH/sida ».

Les trois organisations estiment que « les partenariats avec l’industrie des boissons alcoolisées sont lourds de conflits d'intérêts inhérents. Les sociétés multinationales produisant et commercialisant de manière agressive des boissons alcoolisées s’appuient sur les effets néfastes de l’alcool pour promouvoir leurs ventes et leurs bénéfices ».  

Seth Faison, Directeur de la communication du Fonds mondial, a fourni à Aidspan les commentaires suivants sur la lettre ouverte :

« Le modèle de partenariat du Fonds mondial soutient des démarches novatrices et visionnaires, nécessaires pour réaliser les objectifs ambitieux d’éradication des épidémies. L’engagement et les compétences du secteur privé font partie de la solution. Pour mettre un terme aux épidémies, nous devons surmonter les difficultés du « dernier kilomètre », qui peuvent empêcher des produits sanitaires vitaux de parvenir dans les cliniques reculées. Un nouveau partenariat entre Heineken et le Fonds mondial permet aux spécialistes en chaîne d'approvisionnement de Heineken de transmettre leurs connaissances aux logisticiens du Fonds mondial en vue d’améliorer la chaîne d'approvisionnement. Mi-2017, la direction du Fonds mondial a étudié les risques et les avantages du partenariat avec Heineken avant de l’entériner. Le Fonds mondial est conscient des inquiétudes sur le rôle de l’alcool dans la santé publique, et est arrivé à la conclusion que le bilan positif d’Heineken en matière de sida et de consommation responsable justifie les travaux de partenariat sur la chaîne d'approvisionnement. »

 IOGT International est une organisation qui promeut un style de vie sans alcool ni autres drogues. La Global Alcohol Policy Alliance est un réseau d’organisations non gouvernementales et d’employés d’organismes de santé publique qui diffusent des informations sur les problèmes liés à l’alcool et militent en faveur de politiques relatives à l’alcool fondées sur des données probantes et « non influencées par les intérêts commerciaux ». La NCD Alliance est un réseau mondial regroupant 2 000 organisations de la société civile consacrées à la prévention des maladies non transmissibles et à la lutte contre celles-ci.


Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment