Les organisations de la société civile font pression pour une cible de 18 milliards de dollars pour la sixième reconstitution des ressources du Fonds mondial

1. NOUVELLES
19 Feb 2019
La cible actuelle de 14 milliards de dollars ne permettra pas l’intensification requise, affirment les OSC

Les organisations qui représentent la société civile ont réitéré leur appel en faveur d’une cible plus ambitieuse pour la sixième reconstitution des ressources du Fonds mondial.

À l’occasion de la réunion préparatoire à la reconstitution des ressources, qui s’est tenue les 7 et 8 février 2019 à New Delhi, en Inde, le Réseau des défenseurs du Fonds mondial (GFAN), les communautés et la société civile ont plaidé en faveur d’une cible « ambitieuse » de 18 milliards de dollars. C’est 4 milliards de dollars de plus que la cible de 14 milliards de dollars annoncée le 11 janvier par le Fonds mondial. À cette date, plusieurs organisations de la société civile avaient déclaré que la cible n’était pas suffisamment ambitieuse (voir l’article du numéro 80 de l’OFM).

Cet appel à viser une cible de 18 milliards de dollars figure dans une déclaration des communautés et de la société civile.

Dans une déclaration connexe, le GFAN indiquait que la cible de 14 milliards de dollars représente « un niveau de financement de maintenance » mais ne permettrait pas d’intensifier les programmes de manière à mettre les pays sur la bonne voie pour atteindre les cibles de 2030 pour les trois maladies.

La cible de 14 milliards de dollars ne représente qu’un milliard, soit 8 pour cent, de plus que la cible de la dernière reconstitution des ressources, en 2016, alors de 13 milliards de dollars.

Tableau 1 : Besoin estimé et financement prévisionnel pour 2021/2023, selon l’argumentaire d’investissement

Les organisations de la société civile se disent également inquiètes de ce que les 46 milliards de dollars imputés aux financements nationaux pour 2021/2023 représentent une augmentation de 48 pour cent par rapport aux 31,1 milliards de dollars pour la période en cours (2018/2020). Elles signalent par ailleurs que la plus grande partie de l’augmentation prévue de 17 milliards de dollars du financement total – de 66 milliards de dollars en 2018/2020 à 83 milliards de dollars en 2021/2023 – est censée provenir des financements nationaux.

Elles se demandent si ces attentes en matière de financements nationaux sont réalistes. « De nombreux pays à faible revenu ont encore besoin de l’aide internationale à la santé pour compléter les faibles niveaux de ressources consacrés à la santé dans les budgets », affirment les organisations de la société civile.

« À onze ans seulement du délai fixé pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) », soutiennent les organisations de la société civile, « il est temps d’accélérer nos efforts. 2019 est un jalon crucial dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui requiert des mesures audacieuses. »

Des mesures audacieuses contre les trois maladies, poursuivent-elles, signifient l’adoption de cibles audacieuses de mobilisation de ressources.

Des représentants des circonscriptions des communautés et de la société civile se sont fait écho des inquiétudes à propos de la cible de 14 milliards de dollars à la réunion préparatoire de New Delhi et ont exprimé l’espoir que le Fonds mondial sera en mesure de mobiliser une somme plus importante. Les participants d’autres circonscriptions n’ont pas soulevé d’inquiétudes semblables.

De son côté, l’Irlande a annoncé que pour la sixième reconstitution des ressources, elle augmentera sa contribution de 50 pour cent (à 45 millions d’euros, contre 30 millions pour la cinquième reconstitution des ressources). Cette annonce a été faite à la réunion des dirigeants africains qui s’est tenue à Addis-Abeba le 9 février. Le premier pays à promettre un don pour la sixième reconstitution des ressources est cependant le Luxembourg, qui a annoncé un engagement de 9 millions d’euros, ce qui représente une hausse de 11 pour cent par rapport à sa contribution à la cinquième reconstitution des ressources.

Les informations supplémentaires pour cet article ont été apportées directement d’Addis-Abeba par la Directrice exécutive d’Aidspan, Ida Hakizinka.

 

Autres ressources :


Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment