Le Groupe des maîtres d’oeuvre initie des discussions sur les principales préoccupations de ses membres

12. PROFIL
13 Jan 2016
Bien que le Groupe des maîtres d’oeuvre ne fasse pas officiellement partie de la structure de gouvernance du Conseil d’administration du Fonds mondial, il joue néammoins un rôle important pendant et entre les réunions du Conseil. Le groupe est constitué de représentants de 10 circonscriptions de maîtres d’oeuvre appartenant au Conseil (l’Afrique de l’est et australe, l’Afrique de l’Ouest et centrale, la Région méditerranéenne orientale, l’Asie Centrale et l’Europe de l’Est, l’Asie du Sud-Est, la Région Pacifique Occidental, l’Amérique Latine et les Caraïbes, les communautés, les ONG des pays développés et les ONG des pays en développement).
 
Pour chaque circonscription maître d’oeuvre, le membre du Conseil et son suppléant, le responsable de la communication et les autres membres de leur délégation peuvent assister aux réunions du Groupe.
 
Le but du Groupe est de renforcer la participation des maîtres d’oeuvre et leur implication au sein du Conseil du Fonds mondial. Le Groupe vise également à rendre des comptes aux personnes qu’il représente en collectant leurs opinions, en les relayant au Conseil et en fournissant en retour à ces personnes des informations sur les conclusions des délibérations du Conseil.
 
Les membres des circonscriptions examinent les documents préparés pour les réunions du Conseil et informent les autres membres des questions les plus importantes qui ont été abordées.
 
Avant la 20ème réunion du Conseil en novembre 2009, le Groupe était dirigé soit par le président soit par le vice président du Conseil (celui qui était nommé par les circonscriptions maîtres d’oeuvre). Depuis, le Groupe élit ses propres président et vice-président.
 
Actuellement, le président est Allan Maleche, de la circonscription des ONG des pays en développement et la vice présidente est Nataliya Nizova, de la circonscription Europe de l’Est et Asie Centrale. Les deux ont été élus en octobre 2015 et ont un mandat de deux ans. Si les termes de référence pour le Groupe n’ont pas encore été développés – Allan Maleche affirme que c’est une de ses priorités – il y a des TDR pour le président et le vice-président. Les deux postes sont occupés alternativement par les délégations des pays maîtres d’oeuvre et les délégations des ONG/communautés.
 
Le Groupe se rassemble à l’occasion des réunions du Conseil d’administration, généralement pendant un jour ou deux avant. Depuis 2013, le groupe fait également une retraite chaque année. Lors de ses réunions, le groupe discute des sujets qui seront abordés dans les réunions à venir du Conseil ainsi que des sujets qu’il aimerait voir ajouter à cet agenda. Le groupe ne prend pas de position officielle sur aucune question et n’essaie pas non plus d’influencer ses membres à voter en bloc en faveur ou contre telle ou telle question.
 
Dans un communiqué publié après sa troisième retraite en octobre 2015, le Groupe décrit les progrès accomplis l’année précédente. Il affirme notamment que la participation et la collaboration des membres du groupe ont augmenté et que les interventions du groupe dans le Conseil, les réunions de comités et les autres plateformes de consultations sont plus solides qu’avant.
 
Le communiqué note également un renforcement des opérations internes et de la gouvernance, après la révision des termes de référence des circonscriptions. (Le Groupe tient à s’assurer que chaque circonscription a des régulations en place sur la manière d’élire ses membres et que ces régulations sont régulièrement actualisées).
 
S’il y a eu des progrès dans plusieurs domaines, il y a toujours des défis notamment en ce qui concerne la communication entre les circonscriptions et en leur sein, en raison des obstacles liés à la langue, des ressources inadéquates et du manque de dissémination de l’information. D’autres défis émunérés dans le communiqué comprennent la nécessité d’une participation maintenue des membres entre les réunions du Conseil, d’une répartition équitable de la charge de travail, et un manque de capacité pour faire tout ce qu’il est nécessaire de faire.
 
Après un travail de plaidoyer mené par les dirigeants précédents du groupe de maîtres d’oeuvre, le Fonds mondial prévoit une allocation d’environ 100 000 dollars par an pour soutenir le travail de ses dirigeants. Allan Maleche a déclaré à l’OFM qu’à partir de 2016, l’argent ira directement à la circonscription qui préside.
 
Le Groupe des maîtres d’oeuvre souhaite mobiliser les ressources pour soutenir ses positions clés. Le Groupe a réussi à augmenter l’allocation annuelle pour chaque circonscription qui passe de 80 000 à 100 000 dollars. Cette mesure prendra effet cette année.
 
Allan Maleche affirme que durant son mandat de président, l’une de ses priorités est d’assurer que les intérêts des maîtres d’oeuvre sont protégés durant la réforme de gouvernance en cours. Il souhaite également une amélioration de la communication entre les maîtres d’oeuvre et une relation plus dolide avec le Groupe des donateurs dans le Conseil d’administration.
 

Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment