La série d’approbations des subventions de novembre met l’accent sur la durabilité

10. ARTICLES COURTS
14 Dec 2015
Même les pays à faible revenu sont concernés
La durabilité a été un thème majeur du rapport de novembre du Comité d’Approbation des Subventions (CAS) au Conseil d’administration. Dix des 22 subventions recommandées pour approbation ont pris des mesures pour la durabilité ou inclus des activités en ce sens dans leur programme. Trois des dix subventions proviennent de pays à faible revenu.
 
Pour l’Arménie, un pays à revenu moyen inférieur, le financement octroyé pour ses deux subventions VIH était conditionné au développement d’un plan de durabilité d’ici le 30 juin 2016. Le plan comprend une augmentation des dépenses liées au VIH sur les trois prochaines années et prévoit que le gouvernement prenne le relai de la totalité des coûts du programme VIH lorsque les subventions du Fonds mondial s’achèveront en 2018. Le gouvernement s’est déjà engagé à augmenter graduellement son financement pour certaines activités comme la fourniture de 200 antirétroviraux pour 200 patients en 2017, 300 patients en 2018 et l’approvisionnement en méthadone à partir de 2018.
 
Le total des engagements financiers nationaux pour le programme VIH en Biélorussie, un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, se monte à 52 millions de dollars, ce qui représente 80% des ressources disponibles pour la prochaine période de mise en oeuvre. « La durabilité est un pilier de cette subvention », affirme le CAS. Un récipiendaire principal national remplace le PNUD et le gouvernement renforce son engagement à financer plusieurs domaines d’intervention, y compris les services de prévention du VIH, l’approvisionnement en ARV, le programme de soutien d’adhérence des patients et les tests VIH. « La subvention est considérée par toutes les parties prenantes comme une transition vers une plus grande appropriation du gouvernement », affirme le CAS. De plus, la subvention inclut le développement d’un plan de durabilité pour les activités subventionnées par le Fonds mondial d’ici la fin 2016.  
 
La durabilité est également au cœur de la subvention TB, pour laquelle les engagements financiers nationaux se montent à 190 millions de dollars, soit 94% des ressources disponibles pour la prochaine période de mise en œuvre. Cette subvention est également considérée comme une transition vers une plus grande appropriation du gouvernement qui s’engage à financer plusieurs activités comme le soutien à l’adhérence des patients, l’approvisionnement en médicaments TB de première et deuxième lignes et le travail de laboratoire. Le développement d’un plan de durabilité pour les activités financées par le Fonds mondial est également une condition de cette subvention.
 
Concernant la subvention paludisme du Bénin, un pays à faible revenu, le programme national contre le paludisme remplace le PNUD comme récipiendaire principal. Le renforcement des capacités et des activités de formation sont incluses dans cette subvention pour soutenir la durabilité du programme.
 
Selon le CAS, la Côte d’Ivoire, un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, dont la subvention paludisme a été recommandée pour approbation, a pris des mesures pour garantir la durabilité financière, y compris des initiatives pour augmenter les revenus du secteur de la santé, comme le projet de loi sur la couverture santé universelle adopté en mars 2014 et l’introduction de mécanismes financiers innovants, comme la taxe sur le tabac et les voyages aériens ainsi que le Debt2Health.
 
Pour la subvention TB de la République Dominicaine, un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, le total des engagements financiers nationaux pour le programme TB s’élève à 67 millions de dollars ce qui représente 89% des ressources disponibles pour la prochaine période de mise en œuvre et une augmentation de 21% par rapport à la période précédente. La République Dominicaine a pris plusieurs mesures vers la durabilité comme l’absorption des coûts en ressources humaines et en médicaments TB de deuxième ligne provenant des programmes précédents financés par le Fonds mondial.
 
L’une des subventions recommandées pour le financement est la subvention TB du Salvador, un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. Le total des engagements financiers nationaux pour le programme TB se montent à 24,5 millions de dollars, soit 71% des ressources disponibles pour la prochaine période de mise en œuvre. Le CAS affirme que le nouveau plan national stratégique va augmenter la durabilité de la réponse nationale contre la TB en transférant graduellement la responsabilité financière du Fonds mondial vers le gouvernement et en mettant en œuvre des interventions à travers des systèmes communautaires rentables. Les contributions du gouvernement sont largement centrées sur les coûts des ressources humaines et dans le renforcement de la détection des symptômes respiratoires et des soins antituberculeux dans les centres de santé et la communauté.
 
La Gambie est un pays à faible revenu dont la subvention TB a été recommandée pour financement. Le plan national de santé pour 2015-2020 prévoit d’utiliser des approches de financement basées sur les assiettes fiscales et sur l’exonération d’impôts, y compris un plaidoyer pour un financement innovant et un prélèvement de 3% sur les produits de tabac, d’alcool et autres substances dangereuses pour la santé. Un plan de durabilité financière sera développé ainsi qu’un plan de mobilisation de ressources pour améliorer les revenus du secteur de la santé.
 
Dans le cas de la Jamaïque, un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, les engagements financiers nationaux pour le programme VIH s’élèvent à 54 millions de dollars, soit 54% des ressources disponibles pour la prochaine période de mise en œuvre. Le pays s’est également engagé à dépenser 6 millions de dollars supplémentaires. Le gouvernement va progressivement absorber les coûts relatifs aux soins et aux diagnostics cliniques en couvrant la totalité des coûts des antirétroviraux d’ici la fin de la période de mise en œuvre. Les investissements du Fonds mondial et d’autres partenaires aideront à renforcer les capacité et à développer des plans de durabilité.
 
Enfin, concernant la subvention TB du Tadjikistan, un autre pays à faible revenu, la participation financière nationale s’élève à 16 millions de dollars, soit 27% du total des ressources disponibles pour la prochaine période de mise en œuvre. Le CAS a affirmé que le gouvernement avait pris des mesures constructives pour une durabilité des services TB dans le pays, y compris en développant un plan de durabilité du financement prévoyant que le pays prendra à sa charge 100% des médicaments de première ligne d’ici la fin 2017. De plus, le gouvernement va encourager et motiver les administrations publiques locales à s’impliquer dans le développement de solutions pour renforcer l’adhérence des patients et renforcer la durabilité et l’appropriation du gouvernement.
 
Toutes les subventions recommandées pour le financement ont été approuvées par le Conseil d’administration du Fonds mondial en novembre.
 
Les informations de cet article proviennent du rapport du Secrétariat du Comité d’Approbation des Subventions au Conseil (GF-B33-ER18). Ce document n’est pas disponible sur le site du Fonds mondial.
 

Share |

Laissez un commentaire

Leave a comment